Maison Flamel

Découvrez MAISON FLAMEL, Maison de beauté contemporaine parisienne inspirée de l’alchimie.

Newsletter

Nous contacter

+33 (0)6 70 34 50 36 contact@maison-flamel.com 12 rue de l’Echaudé, 75006 Paris
Retour

Origines de l’alchimie

Les origines de l’alchimie sont celles du monde : née en Egypte Antique, portée par les Grecs et les Arabes, elle est la synthèse de divers héritages de l’humanité.

Le terme même « alchimie » viendrait selon certaines sources du mot kemi, la terre noire associée à la crue du Nil qui aurait donné le nom de kemet, par lequel les Egyptiens désignaient leur pays. Transmise par les Arabes, la science de la “Terre Noire” serait devenue al-kemi, science de transformation et de renaissance.

Si la date exacte de la naissance de l’alchimie reste inconnue, celle-ci possède un lieu emblématique : Alexandrie. La ville grecque d’Egypte créée en –331 par Alexandre le Grand, occupée par les Romains et mise à sac par les Arabes est un creuset où fusionnent des traditions allant de l’Egypte jusqu’à la Chine. Ainsi, Hermès Trismégiste, figure iconique de l’alchimie, serait inspiré d’un croisement de Thot et Hermès, dieux respectivement égyptien et grec.

Ce sont paradoxalement les destructeurs d’Alexandrie, les Arabes, qui furent les transmetteurs du savoir alchimique. Ainsi, Avicenne (Ibn Sina ; 980-1037) ou Averroes (Ibn Rushd ; 1126-1198) traduisirent en arabe les textes alchimiques rescapés de la bibliothèque d’Alexandrie.

Ce n’est qu’à partir du Moyen-Âge, et surtout avec le déclin du califat, que l’alchimie devint européenne. Des alchimistes européens (Albert le Grand en Allemagne au XIIè s., Arnaud de Villeneuve en France au XIIIè s., Roger Bacon en Angleterre au XIIIè s.) s’enrichirent de l’héritage arabe et alimentèrent à leur tour la légende alchimique. On raconte notamment que Nicolas Flamel, alchimiste de renom du XIVème siècle, aurait réussi à fabriquer la pierre philosophale et l’élixir de jouvence…

A partir du XVIIIè siècle, l’alchimie perdit ses lettres de noblesses, détrônée par sa sœur la chimie. Reléguée au rang de science occulte, elle continue néanmoins à alimenter rêves et fantasmes, du XIXè siècle romantique (Faust, Goethe) jusqu’à nos jours (L’Alchimiste, Coelho), y compris auprès des adeptes les plus jeunes (Harry Potter et la Pierre Philosophale, J.K. Rowling).